Livre : grandir avec des parents sourds quand on entend…

 

Je suis tombée par hasard sur ce livre, qui m’a été chaudement recommandé. Je m’y suis jetée à corps perdu, et je l’ai lu en quelques jours. Il se lit vite. Très vite même. Les premières lignes donnent bien le ton :

« Mes parents sont sourds.
Sourds-muets.
Moi pas. »

Et de là part une myriade de petits chapitres, longs de quelques paragraphes ou de quelques pages, remplis d’anecdotes savoureuses et d’émotions brutes. la difficulté de grandir avec des parents sourds quand on entend. L’envie de pouvoir partager les mots que l’on apprend, et que l’on aime, avec ses parents, mais l’impossibilité de le faire. La honte d’avoir des parents « différents ».

Le livre est vite lu, mais pas vite oublié. Des passages entiers restent en mémoire, comme celui où la narratrice adolescente rentre de l’école en criant « Salut, bande d’enculés ! » Et sa mère, qui n’a rien entendu, bien sûr, l’embrasse avec tendresse.

Véronique Poulain met en évidence, d’une façon crue et directe, sans tabou, mais non sans tendresse, le fossé qui sépare le monde des entendants de celui des sourds. Et son malaise, en grandissant avec une audition « normale », et se rendant compte que ses parents ne sont pas comme tout le monde, est très bien montré, tout comme la fierté qu’elle éprouve malgré tout à leur égard, et qui lui permet de terminer le livre sur une note très positive.

Cette lecture m’a fait réfléchir. L’écart entre le monde des sourds et celui des entendants est évident. Ce sont deux cultures, avec une langue, et une façon d’être bien distinctes. Mais qu’en est-il du monde des malentendants ? De ceux qui ne parlent pas la langue des signes, mais qui ne parviennent pas non plus à s’insérer parfaitement dans la culture orale sans aide ? Nous ne sommes pas complètement sourds, et surtout nous ne connaissons pas la langue des signes. Du coup, la culture sourde nous est inaccessible. Les efforts qui sont faits pour rendre la culture compréhensible aux sourds, grâce à des pièces de théâtre ou autres événements doublés en langue des signes, ne nous aident en rien. Nous sommes d’ailleurs tout aussi démunis face à un sourd signant qu’un entendant.

Et pourtant, la culture entendante ne nous est pas tout-à-fait accessible non plus. Les films, la musique, les pièces de théâtre, les conversations de groupe sont difficiles, sinon impossibles à suivre. Nous sommes entre les deux. Le fossé entre nous et ceux qui entendent bien est moins important que celui que décrit Véronique Poulain, mais il est bien là : une fissure, qui reste invisible aux yeux des autres, tout comme notre handicap. Le défi est quotidien, tandis que nous tentons tant bien que mal de trouver notre place au sein d’une société dans laquelle le son est primordial.

Nous aussi, nous sommes confrontés à cette honte d’être différent, cette peur d’être à côté, d’être en décalage, d’être ridicule. C’est souvent si tentant de s’isoler, de s’éloigner des gens, de se réfugier dans les livres, ou dans sa vie intérieure. Mais j’ai remarqué une chose : j’ai envie de me sentir vivante, de sentir que j’appartiens à l’espèce humaine, et que je ne suis pas une île, perdue au milieu d’un océan déchaîné. Et pour cela, il faut que je détermine ce qui est important pour moi, et que je parvienne à le faire, coûte que coûte et quoi qu’il en soit. Tout comme Evelyn Glennie, il suffit d’être passionné par quelque chose pour ne plus se laisser abattre. Il y aura toujours des hauts et des bas. Mais tant que les hauts dominent, tout cela en vaut bien la peine…

Et vous, avez-vous déjà trouvé une passion, ou une façon d’être qui vous aide à avancer malgré votre handicap ou d’autres difficultés ? Ou bien, avez-vous accompagné ou aidé quelqu’un dans une situation similaire ? Quelle a été votre expérience ? Quels sont les éléments qui vous font retomber, et ceux qui vous aident à aller mieux ?

About Armelle

2 comments

  1. J’ai trouvé ce livre hyper violent et irrespectueux envers les parents… Oui elle décrit sans tabou et sans détour, mais j’ai un malaise qu’elle humilie à leur insu ses parents. Qu’elle ait fait des choses répréhensibles (selon moi) à leur encontre et à leur insu, ado, ça m’apparaît normal,mais qu’elle en pense encore certains aspects, et encore davantage qu’elle écrive cela, en ajoutant une humiliation publique, j’ai vraiment beaucoup de mal. On dirait qu’elle n’a pas évolué, qu’elle n’est toujours pas assez mature pour comprendre certains aspects sans les tourner en humiliation. Je crois qu’il y a une façon de dire, et qu’elle ne l’a pas. Je l’ai trouvée ingrate. Ce livre m’a laissé un goût amer et j’ai pas été surprise en voyant qu’elle avait collaboré au film La famille Bélier, je trouve qu’il y a encore cet aspect de moquerie humiliante. Il y a une manière de décrire certaines situations incontournables (j’en conviens) qui pourrait être neutre ou moins méprisante.
    Dommage.

    • Merci de ton commentaire !
      En lisant le livre, c’est vrai que cette énergie de rébellion propre à l’adolescence m’est clairement apparue comme étant le ton du livre, et j’ai pensé que c’était le but.
      Pour moi, c’est un livre écrit par une narratrice adolescente, en gros. Du coup, le côté méprisant et violent est passé pour moi, parce que c’était cohérent, et je sentais aussi une profonde tendresse malgré tout.
      Après, j’ai en effet aussi retrouvé certains éléments dans la famille Bélier, et puis la famille Bélier c’est toute une histoire (je ne comprends toujours pas pourquoi ils n’ont pas pris des acteurs sourds, pour commencer. La LSF parlée par les parents, par la mère entre autres, me semble être vraiment ridicule…).
      Du coup, c’est super intéressant du voir ton point de vue. Merci !

Laissez un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :