Vivre avec un malentendant, ou l’apprentissage de la patience – 2ème partie

couple 2 taliesin

 

Être conjoint de malentendant, c’est adopter un rôle complexe et pas toujours facile. En plus des frustrations liées aux éléments que j’ai évoqués la semaine dernière, comme les efforts à faire constamment pour se faire comprendre, ou les disputes qui découlent directement ou indirectement du handicap, le conjoint doit accepter une réalité lourde de sens :

Le conjoint, pour peu qu’il n’ait pas lui aussi des soucis d’audition, entend mieux que le malentendant.

C’est une lapalissade, certes.

Mais la conséquence de cet état de fait, c’est que naturellement, la personne malentendante va avoir tendance à s’appuyer sur son conjoint dans différentes situations.

Et cela peut poser problème.

  • Le conjoint-intermédiaire

Ainsi, dans les situations sociales, le conjoint va parfois devenir le traducteur ou l’intermédiaire de la personne malentendante.

En effet, c’est plus facile demander à son conjoint de répéter ce qui vient d’être dit par une tierce personne que l’on connaît peu, que de le demander directement à la tierce personne en question. Peut-être parce que faire répéter, c’est déjà un aveu de notre handicap, et qu’il faut ensuite donner des explications, et se justifier d’une partie de soi que l’on aimerait ne pas avoir à dévoiler. Pas tout de suite, en tout cas.

Et quelquefois, c’est plus rassurant de se cacher derrière son conjoint que d’assumer cette perte d’audition qui pourrait être jugée comme étant une tare ou un problème par quelqu’un que l’on ne connaît pas, ou pas beaucoup, et qui nous intimide peut-être.

De même lors de rendez-vous chez le docteur. Ou pour les appels téléphoniques que l’on reçoit. Et si l’on n’y prend pas garde, le conjoint finit par être celui qui fait le lien entre la personne malentendante et la tierce personne ou le monde extérieur.

Le problème, c’est que plus on s’appuie sur notre conjoint pour avoir accès au monde extérieur, et moins on arrive à communiquer de façon autonome. Au bout du compte, la tentation est grande d’arrêter de voir des gens, de prendre des rendez-vous, ou de faire des activités, si notre conjoint n’est pas disponible.

Et en perdant notre autonomie, on perd aussi notre force, notre respect de nous-même, notre goût de l’aventure, et notre envie d’aller vers les autres.

  • Le conjoint défenseur ou protecteur

Notre conjoint peut aussi être notre meilleur défenseur dans les situations difficiles. En particulier si quelqu’un nous juge, nous dénigre, sous-estime notre handicap ou qu’on se moque de nous de façon ou d’une autre. Son sang ne fait qu’un tour à la moindre remarque pernicieuse ou à la moindre attitude méprisante à notre égard.

Souvent, dans ces situations, on ne perçoit pas la remarque désobligeante qui nous a été adressée, ou on ne se rend pas compte de l’intention qu’il y a derrière, et on n’y réagit donc pas. Mais quand un conjoint se met à bouillir d’indignation et réagit encore plus qu’on ne l’aurait fait si on avait compris ce qui a été dit, il y a là quelque chose de profondément rassurant. Cela montre que notre conjoint est avant tout de notre côté.

Bien sûr, tous les couples ont leur histoire, et tous les conjoints ne sont pas protecteurs.

  • Ce qui peut déraper – les milieux toxiques

Dans certains couples, certaines familles ou entourages, le handicap auditif d’une personne est vu avant tout comme une source de frustration. Le malentendant peut ne pas être pris en compte comme une personne à part entière par son entourage, et on va se permettre, par exemple, de parler de lui (de façon négative) pendant qu’il est là, sachant qu’il ne comprendra pas ce qui est dit.

Le malentendant peut aussi être infantilisé. Un mari qui considère que sa femme malentendante est incapable d’aller à la banque toute seule, par exemple. Si le mari a honte de la perte d’audition de sa femme, ne la prend pas au sérieux ou ne l’assume pas, il peut la faire passer pour plus stupide qu’elle n’est, au lieu de simplement parler de cette perte d’audition (ou de la laisser en parler).

La lassitude de devoir toujours répéter les choses peut aussi pousser la personne qui entend bien à parler sèchement, à montrer son énervement de diverses façons, et même à devenir condescendante ou méprisante avec son conjoint malentendant.

Tous ces comportements rendent l’environnement du malentendant toxique. Ce n’est pas facile d’assumer une perte d’audition, et de vivre avec au quotidien. Mais quand on est constamment infantilisé, méprisé ou l’objet de la colère et de l’énervement de son entourage, c’est encore plus difficile de le vivre bien.

Le malentendant peut lui aussi se sentir frustré de ne pas entendre comme il faut, et devenir aigri, abrupt et agressif dans ses interactions avec son entourage.

Chacun est différent dans son appréhension du handicap, qu’il en soit lui-même affecté ou non.

Le fait que la communication entre deux conjoints ou deux membres d’un foyer ne coule pas de source ajoute un obstacle à la relation. Cet obstacle peut être géré de différentes façons.

Plus on parvient à prendre les difficultés avec humour et légèreté, et plus c’est facile. Mais ce n’est pas toujours possible. Certains jours sont plus compliqués que d’autres et je me suis rendu compte que c’est important d’accepter les émotions douloureuses qui accompagnent les moments difficiles.

Et un conjoint qui apporte son soutien et son amour pendant ces moments éprouvants, c’est peut-être une des choses les plus apaisantes qui soit.

About Armelle

11 comments

  1. Je découvre votre blog et je l’adore !! Je m’y retrouve bien dans tout ce qui est dit a propos de la malentendance.

    • Merci beaucoup de votre commentaire ! Je suis ravie que le blog vous plaise et vous corresponde.
      J’essaie de trouver les mots justes pour exprimer ce que je ressens au quotidien, et c’est très motivant de me rendre compte que d’autres s’y retrouvent.
      Merci encore !

  2. C’est vrai que dans ce témoignage ( partie 1 également ) je me retrouve totalement , je retrouve les comportements de mon chéri , qui est malentendant … Merci pour ce beau témoignage qui comme dirait l’expression  » remue les trippes  » .

  3. Marie-France Ternisien
    Répondre

    Bonjour, j’ai découvert votre blog il y a 3 Semaines et ça a été une révélation : enfin, ce que j’ai vécu et vis encore écrit « noir sur blanc » . Un choc…Un truc (entre autres) que je pratique et qui m’aide dans ma vie de malentendante : je me lave les cheveux tous les matins en me massant le crâne doucement…..Au final, je me sens mieux et j’ai l•’impression que j’entends -un peu- mieux…..A bientôt….

    • Merci de votre commentaire Marie-France !
      Et merci de votre partage, c’est vrai que tout ce qui peut nous apaiser peut aussi nous aider à entendre mieux ! J’aime bien ce « truc » du massage doux du crâne.
      A bientôt !

  4. Bonjour Marie-France ! C’est vrai que j’ai eu un moment de creux au niveau du blog, mais j’ai recommencé à écrire ! Vous trouverez mes derniers articles sur mon blog. Par contre je n’ai pas encore redémarré la newsletter mensuelle, je recommencerai sûrement en janvier à ce niveau-là. A bientôt et merci de votre fidélité ! Vous faites partie des raisons pour lesquelles je continue à écrire !

  5. Marie-France Ternisien
    Répondre

    Suite à votre post sur votre rendez vous avec un nouvel audioprothésiste, j’ai été très surprise de découvrir que votre ancien audioprothésiste n’avait jamais testé votre audition avec vos appareils….Le mien , du réseau « entendre » le fait systématiquement…Bon courage…

    • Et oui ! Maintenant que j’ai découvert ces tests, je trouve inconcevable de ne jamais les avoir faits avant ! C’est complètement fou !

Laissez un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :